Allègre-les-Fumades
Culture
Par Chay Christophe
Publié le 03/10/2019 à 13:41

Allègre-les-Fumades : Le Château d’Allègre, témoin des siècles et de l’histoire des Cévennes

Le château d’Allègre fait partie de la dizaine de sites exceptionnels des Cévennes narrant un pan de l’histoire du Moyen-Age. Aujourd’hui propriété à 90% de la commune d’Allègre-les-Fumades, l’édifice construit sur 1,5 hectare connaît une nouvelle vie, notamment grâce au travail de l’association du Château d’Allègre, qui, depuis 25 ans, multiplie les actions en faveur de sa sauvegarde et de sa restauration. A l’état de ruine depuis 500 ans, l’association prend à sa charge toutes les opérations de débroussaillement sur les 2,5 hectares que compte le site. Une associations très active qui assure la visite du château, notamment par la connaissance et la passion de Jacques Rey et de Jean-Marc de Béthune, comme ce fut le cas lors de cette Semaine cévenole.


Une association qui travaille notamment au côté de la Direction régionale des Affaires culturelles, afin de restaurer les parties les plus abîmées du château, qui menacent encore de s’effondrer. Un édifice autrefois géré par un seigneur principal, secondé par huit co-seigneurs, qui ont abandonné le site à l’issue de la Guerre de Cent Ans, laissant la place à leur métayers. Emplacement historique de l’ancien village d’Allègre, le site a été habité jusqu’à la fin du XIXe siècle avant que ne se déclare une épidémie de choléra. Pillé pour la richesse de ses trésors ou encore pour ses monnaies mérovingiennes et carolingiennes enfouies, le château est désormais « respecté » depuis que l’association a entrepris de s’occuper du site.


Une association qui y organise notamment une fête médiévale tous les troisièmes samedis du mois de juillet, avec banquet et bal. Malgré des fonds modestes, l’association du château d’Allègre compte sur l’implication de ses bénévoles, dont une archéologue diplômée qui envisage de lancer une grande étude photogrammique afin d’obtenir une vision globale et précise de l’édifice construit aux alentours de l’an 1000. Cette première étape pourrait être suivie de fouilles ciblées et de la poursuite du plan de restauration dont a bénéficié l’ensemble palatial en 2014. Une calade a également été réaménagée afin d’accéder au château dans le respect de la construction d’origine d’un édifice classé Monument historique depuis 1997.