Toulouse
Politique
Par Lejeune Marie-Laure
Publié le 06/08/2019 à 18:43

Des élus ariégeois manifestent devant la préfecture de Toulouse pour réclamer le retrait de l'ours dans les Pyrénées

Une centaine d'élus ariégeois s'est donné rendez-vous ce samedi devant la préfecture de Toulouse pour réclamer le retrait de l'ours dans les Pyrénées. 

L'écharpe tricolore autour du cou, ils souhaitent que l'Etat écoute leurs revendications. Ils sont inquiets pour les éleveurs et leurs troupeaux qui partent en transhumance dans les montagnes, mais aussi pour les randonneurs qui pourraient se faire attaquer. Ils dénoncent la politique de l'Etat et souhaitent le retrait pur et simple de l'animal des montagnes. 

Le bilan de la préfecture de l'Ariège montre que 2019 est l'année des records concernant les attaques de l'ours sur le territoire. L'Ariège est le département le plus touché (90 % des attaques). Près de 214 dossier ont été ouverts, 638 ovins ont été tués par l'animal entre janvier et le 31 juillet. Des chiffres supérieurs aux années précédentes. 

De son côté, la préfecture regrette que ces élus n'aient pas souhaité rencontrer le préfet. Elle rappelle que l'Etat est mobilisé sur la question avec la mise en place, en juin dernier, d'une feuille de route "pastoralisme et ours ". Un document qui interdit l'introduction d'ours supplémentaires, sauf en cas de mortalité due à l'homme, la possibilité d'effectuer des effarouchements pour éloigner l'animal des zones d'estives, un accompagnement financier renforcé etc.

Le préfet souligne dans son communiqué de presse vouloir tout mettre en œuvre pour que les éleveurs puissent mener sereinement leur activité tout en cohabitant avec l'ours.