Nîmes
Société
Par Chay Christophe
Publié le 06/12/2018 à 15:47

Logement : Le Gard s'engage pour lutter contre la pauvreté

A travers les signatures de leurs représentants respectifs, Didier Lauga et Denis Bouad, l’Etat et le Département du Gard ont renouvelé leur partenariat aux côtés des acteurs territoriaux de la solidarité dans le cadre du 7e Plan départemental d’Action pour le Logement et l’Hébergement des Personnes défavorisées pour l’exercice 2019-2023. Le président du Département s’est déclaré satisfait du précédent exercice, commenté et détaillé par plusieurs spécialistes de la question du Logement, de l’Aide et de la Solidarité dans le Gard.


Un plan qui s’appuie également sur l’apport des collectivités territoriales ou encore sur le Fonds de Solidarité pour le Logement pour lequel le Département du Gard investit 4,3 millions d’euros. Cela s’inscrit dans la politique sociale du département, qui représente 60% du budget total. Un exécutif départemental qui souhaite que le logement social soit vu autrement et qui multiplie les services d’aide et d’accompagnement, notamment pour éviter un surendettement des locataires en termes de dépenses d’énergie, à travers le SLIME (Service local d’Intervention pour la Maîtrise de l’Energie).


Un plan qui souhaite développer l’offre de logements et d’hébergement, améliorer leurs conditions, rapprocher l’offre et la demande à une époque où il y a un logement dans le Gard pour quatre demandes, accompagner les ménages et leur solvabilité, ou encore prévenir les expulsions domiciliaires. Il concerne 738.000 habitants, dont 320.000 ménages, avec 124.000 locataires répartis à 34.000 dans le parc social public et à 90.000 dans le parc privé. Cinquième département le plus pauvre de France, le Gard voit 68.000 de ses ménages vivre sous le seuil de la pauvreté, soit 20% de la population, dont 1.300 sont menacés d’expulsion.